Au premier jour de Noël… – On the first day of Christmas…

Capture d’écran 2014-11-24 à 08.57.42

BOURGOGNE ALIGOTÉ CHAMPS PERNOT BACHELDER 2013

Il ne fait aucun doute dans mon esprit que les circonstances entourant ma dernière dégustation du bourgogne aligoté de Thomas Bachelder ne sont pas innocentes à sa mention ici: une chaude journée d’été, humide même, en plein soleil dans une arrière-cour, avec Bachelder en personne, qui parle et qui parle de ses vins et laisse les idées couler de sa tête, pêle-mêle, comme une source rafraîchissante. Dur à battre.

Par contre, j’aurais très bien pu le laisser de côté, et faire place à un vin dont les mérites techniques sont un peu plus grands, mais là n’est pas la mission de cette liste de fin d’année: elle fait plutôt l’éloge des douze vins qui m’ont fait le plus tripper durant l’année. Et celui-là a frappé dans le mille. Ici, aucun intérêt pour la longue garde; bien qu’il a ce qu’il faut pour patienter trois ou quatre ans dans votre cellier, c’est maintenant qu’il faut le déguster, goulûment, et leur meilleur accord que vous puissiez espérer avec ce vin, c’est le plein soleil. Alors, que vous soyez au beau milieu d’une intense canicule, ou que vous soyez emmitouflé dans trois ou quatre couvertures, dans une chaise adirondack sise au sommet d’une congère, sous le frêle soleil hivernal, l’élément clé est la lumière, car ce vin en est plein, et il amplifiera celle du soleil, tout en atténuant son effet cuisant. Vous serez transporté au milieu d’un grand champ, où vous laisserez les grands fouets d’herbe caresser votre paume alors que vous la laissez flotter doucement à leur cime.

Y’est bon de même, ce vin-là, que voulez-vous.

Thomas Bachelder est le premier vigneron à retrouver pour une seconde fois l’une de ses cuvées parmi les Douze Vins de Noël du Sommelier Fou. Il ne sera pas le seul, d’ailleurs. Au Québec, Bachelder est représenté par la Société de Vins Fins.

Capture d’écran 2014-11-24 à 08.57.42

BOURGOGNE ALIGOTÉ CHAMPS PERNOT BACHELDER 2013

There’s absolutely no doubt that the circumstances surrounding my last tasting of Thomas Bachelder’s Bourgogne Aligoté have a little to do with its presence in this list: a hot summer day, humid even, in the blazing sun, in a backyard with Bachelder himself, talking and talking and talking about his wines and letting his ideas randomly flow out of his head, like athirst0quenching spring. Hard to beat.

However, I could easily have left it behind, at the benefit of a more technically worthy wine, but that would be missing the whole point of this annual list, to give praise to the twelve wines that were the most exciting to me during this past year. And this one was bullseye on. There’s no point in cellaring, here; while this wine has what it takes to be forgotten three or four years in your cellar, it requires to be enjoyed now, in big gulps, and the best pairing you can hope for with it is beautiful sunshine. Whether it’s in the middle of a hot spell, or if you’re comfortably rolled into three or four layers of quilt, sitting in an Adirondack chair on top of a snow bank, under the faint winter sun, the key here is light, as this wine is filled with it and will amplify the sunlight without enhancing its cooking effect. It will transport you in the middle of an immense field, where you will let tall blades of grass caress the palms of your hands as you gently run them on their tip.

Yes, this wine is that good.

Thomas Bachelder is the first winemaker to see one of his wines make the Sommelier Fou’s Twelve Wines of Christmas for a second time.  He will not be alone.  In Quebec, Bachelder’s wines are represented by Société de Vins Fins.